Hommage à Jean-Claude Gautrand (1932-2019)

par Françoise Denoyelle.

Il eut toujours la prestance d’un jeune homme, la vie allant et venant.

De son regard clair, il visait juste. Le cadre, la lumière le sujet.

Photographe d’abord. Des Forteresses du dérisoire aux Halles de Baltard, de la construction du périphérique au jardin de son père.

Historien aussi, dans les archives de Tabard, de Ronis, des Séeberger, cherchant des incunables, des photographies de sport, de trains, de Paris…

Journaliste, comme une seconde vocation, chroniquant les premières Rencontres d’Arles en 1970. Toujours à Arles 50 ans plus tard, pour une dernière expo au cœur de la ville, comme un ultime salut, un dernier clin d’œil à la lumière, à l’amitié.

Oui tout cela et encore un grand père déambulant dans les rues arlésiennes avec son petit fils, appareil en bandoulière pour faire comme les grands.

Mais avant tout homme de cœur, de conviction, à la pointe de l’amitié, grand pourvoyeur de solidarité.

Salut le photographe

Bon vent dans l’éternité de tes images cher Jean Claude.

GAUTRAND Jean-Claude, Photographe, 1932, Sains-en-Gohelle, (France), Paris 2019.

De 1938 à 1951, il poursuit des études primaires et secondaires à Paris. En 1945, il prend ses premiers clichés avec un petit appareil photographique Superfex. En 1956, Il rejoint le photo-club de la Poste (PTT) La découvert de l’œuvre d’Otto Steinert et de la “ Subjective Fotografie ”le marque profondément. En 1957, il acquière un Foca sport, appareil français de petit format suivi, d’un Rolleiflex en 1960 et, en 1972, d’un appareil Minolta. En 1963, pour s’opposer au conformisme qui sévit alors dans la photographie française, avec deux amis, il fonde le groupe Gamma dont il organise la première exposition. La même année, il participe à la création du groupe Libre expression qui rassemble Jean Dieuzaide, Pierre Riehl, André Bilet, André Senil. En 1962, il adhère au Club des 30X40, en devient le vice-président en 1964 puis le président de 1976 à 1979. Ce groupe va marquer de son empreinte la photographie française des années 1960-1970. En 1965, il obtient le prix de la Fédération internationale d’Art photographique pour ses photographies de paysages. 1968 est une année décisive. Ses travaux sont couronnés et ses activités créatrices assumées dans toute leur ampleur. En Espagne, il reçoit, le Grand Prix de la photographie d’avant-garde à San Sébastien, le Grand prix des Arts de la ville de Marseille attribué par le musée Cantini et publie Les murs de mai 1968. En marge de ses travaux de photographe, son rayonnement dans le monde de la photographie l’entraîne dans de nombreuses activités et en fait l’une des figures majeures du monde de la photographie à partir des années 1970. Commissaire d’exposition dans les lieux les plus prestigieux : “ Filleuls et parrains ” aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles, en 1974, “ Dix photographes pour le Patrimoine ” au centre Georges Pompidou, à Paris en 1980, “ Photo de famille ” à la Grande Halle de la Villette, à Paris, en 1990 ; conseiller culturel de festival : festival d’art contemporain de Royan ; membre du conseil d’administration des Rencontres internationales de la photographie d’Arles, de 1976 à 1995, de la Fondation nationale de la photographie à Lyon de 1978 à 1981, de Patrimoine photographique, de 2001 à 2004 et membre fondateur de Jeu de Paume à Paris, en 2004-2019 ; membre du comité de rédaction de l’Encyclopédie Prisma consacrée à la photographie, en 1972 et secrétaire général du prix Nadar en 1984, année où il est fait chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres. En 1992-1996, il réalise une série d’entretiens vidéo avec des photographes, pour les archives de Paris Audiovisuel et, en 1997, co-réalise avec le photographe Roger Pic Rétrovision. En 1998, il participe à la série télévisée L’Aventure photographique de Roger Thérond, le directeur de Match et publie ses photographies dans la presse nationale et internationale. Il exerce en parallèle son activité de critique depuis 1965 : Photo Ciné Revue, Nouveau photo Cinéma, Photojournal, Photo tribune, Réponses Photos et depuis 1990 : Le Photographe jusqu’à se fermeture.

Ses activités de critique se doublent de travaux de recherche sur la photographie du XIXe siècle : Hippolyte Bayard, naissance de la photographie qui remporte le prix Lecuyer, en 1986, Le Temps des pionniers, en 1987 et la photographie du XXe siècle : Paris des Photographes, prix Vasari, et prix du livre aux RIP, en 1985. Il collabore à La Nouvelle histoire de la photographie, en 1994, sous la direction de Michel Frizot. Elle fait le point sur les dernières recherches et donne une nouvelle dimension au médium. Il publie des monographies sur les photographes majeurs de la photographie humaniste : 1994, Robert Doisneau, en 2003, Brassaï L’universel en 2004, Willy Ronis. Instants dérobés, en 2005.

Son activité éditoriale ne doit pas occulter ce qui reste essentiel : son œuvre photographique. Elle se traduit par plus de 25 expositions personnelles de 1967 à 2019 et de nombreuses expositions collectives, treize monographies rassemblant ses œuvres et plusieurs catalogues. Son travail sur L’assassinat de Baltard, en 1972, rend compte de la destruction de l’architecture des Halles de Paris. Il est devenu un classique après l’avoir fait connaître du grand public. En 1977, Forteresses du dérisoire, se présente comme un témoignage, mais surtout comme une vision personnelle de l’inanité des ambitions de la soldatesque nazie. L’historien n’est jamais loin du photographe et sa démarche s’inscrit dans la disparition, la dégradation et la trace qui en subsiste sur le papier sensibilisé : Bercy. La dernière balade, 1993, dans la mémoire collective : Camp de Natzwiller-Struthof, au plus intime de ses propres souvenirs avec la série  Le jardin de mon père  en 2019.

Institutions où se trouvent ses photographies

Bibliothèque nationale de France ; musée Réattu, Arles ; musée Cantini, Marseille; musée Nicéphore Niépce, Chalon-sur-Saône ; Maison européenne de la photographie, Paris ; galerie du Château d’Eau, Toulouse ; Centre Georges Pompidou, Paris ; Bibliothèque historique de la ville de Paris ; Bibliothèque de documentation contemporaine, Paris ;  Centre régional de la photographie du Nord-Pas-de Calais ; George Eastman House, Rochester, Museum of fine art, Houston.

PRINCIPALES EXPOSITIONS PERSONNELLES

1967, Jean-Claude Gautrand, Société française de Photographie, Paris (France).

1968, Jean-Claude Gautrand, FNAC, Paris ; Musée Cantini, Marseille (France).

1969, Jean-Claude Gautrand, galerie des Quatre vents, Paris et Avignon (France).

1970, Jean-Claude Gautrand, musée d’Art moderne de la ville de Paris, Paris (France).

1972, L’Assassinat de Baltard, Centre international de séjour, Paris, (France).

1977, Les Forteresses du dérisoire Artcurial, Photogalerie, Paris (France) ; Canone galerie, Genève (Suisse) ; galerie municipale du Château d’eau, Toulouse (France); Photographer’s gallery, Londres (Angleterre) ; Rencontres internationales de la photographie, Arles (France).

1978, Les Forteresses du dérisoire, Galerie 74, Vienne (France) ; musée Nicéphore Niépce, Chalon-sur-Saône (France) ; FNAC Strasbourg, FNAC Metz (France).

1979, Les Forteresses du dérisoire, Galerie Paule Pia, Antwerpen (Belgique).

1980, Jean-Claude Gautrand, Mai des Flandres, Bergues ; Grignan (France) ; Work gallery, Zürich (Suisse).

1982, Photographe invité, Quinzaine photographique de Cholet, Cholet (France)

1983, Berner Photo gallery, Berne (Suisse)

1997, Mémoire des lieux et des temps, Espace photographique de Paris, Paris (France); Regards croisés, Centre des bords de Marne, Le Perreux (France).
1999, Vallées englouties, galerie Jean-Pierre Gapihan, Paris, (France).

2002, Itinéraire d’un photographe, 1960-2000, médiathèque André Malraux, Tourcoing, (France).

          Villeneuve la rivière et Hommage à Baltard, Pavillon Baltard, Nogent (France).

          Forteresses du dérisoire, galerie Laurent Herschritt, Paris (France).

2003, Itinéraire d’un photographe, 1960-2000, centre régional de la Photographie Nord-Pas-de-Calais, Douchy-les-Mines (France) ; Bercy, une balade, Bercy village, Paris (France).

2004, Métalopolis, galerie W, Paris ; Chroniques arlésiennes, centre Iris, Paris (France).

2005, Structures, galerie Photo, Montpellier (France) ; Camp de Nazwiller-Struthof, musée Réattu, Arles (France) ; Itinéraire d’un photographe, 1960-2005, musée de la Poste, Paris (France).

2006, Construction et déconstruction, galerie Philippe Chaume, Paris

            Galerie Vrais rêves, Lyon

          Travaux récents, Festival Regards, Villeneuve-la-Rivière

2007, Le temps pour le dire, Maison des Arts, Conches-en-Ouches

          Pavillon Baltard, salle Wateau, Nogent-sur-Marne

          Galerie W. Eric Landau, Paris

2008 La Lumière de l’ombre, médiathèque de Forbach

2010 Paris, Mon amour, galerie Gadcollection, Paris

2015 Itinéraire d’un photographe, galerie CèzArt, Bessèges

2018 Itinéraire d’un photographe, galerie Argentic, Paris

2019 Arles

PRINCIPALES EXPOSITIONS COLLECTIVES

1963, Photography 63, International museum of photography, Rochester (Etats-Unis).

1972, Biennale de Paris, Paris (France).

1975, Triennale de la photographie, Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg (Suisse).

            Immagini della fotografia francese contemporanea, centre culturel FIAT, Turin (Italie)

1976, Tres fotografosfrancese Nori-Plossus-Gautrand, La Photogaleria, Madrid (Espagne).

1977, Collection de la bibliothèque nationale, Centre Georges Pompidou, Paris (France).

1978, Salon d’automne, Paris (France).

1979, The Concrete eye, Centre culturel français, New York (Etats-Unis).

          ARPA, Bordeaux, (France).

          Salon d’automne, Paris (France).

1980, Five french photographers, Australian center of photography, Paddington (Australie).

         Salon d’automne, Paris (France).

1981, Ten contemporary french photographers, Museum of Art, Santa Barbara (Etats-Unis).

          La photographie française depuis 1945, galerie Zabriskie, New York (Etats-Unis).

1984, Images et Imaginaires d’architecture, centre Georges Pompidou, Paris (France).

1989, Photofolie, Rodez (France).

1990, Vingt ans de photographie créative en France, Leverkusen (Allemagne).

          En train, Palais de Tokyo, Paris (France).

1994, Du Mur de l’Atlantique au mur de Berlin, Rencontres de Normandie, FRAC Caen, Caen (France).

1995, Métamorphoses parisiennes, Pavillon de l’Arsenal, Paris (France).

           Auto-Portrait, Picto Service, Paris (France).

1998, Acquisitions récentes, Bibliothèque historique de la ville de Paris, Paris (France).

          Paris sous l’objectif, exposition itinérante, Paris, Tokyo, Beyrouth.

          Il y a trente ans Mai 68, Grignan (France).

1999, Abécédaire d’une collection, musée Réattu, Arles (France).

          Paris sous l’objectif, exposition itinérante, Singapour, Prague, Budapest, Saint- Pétersbourg.

2000, Collection Georges Fèvre, galerie Herschtritt, Paris (France).

           Paris 1840-1960, galerie Herschtritt, Paris (France).

            Montparnasse vu par …, musée de Montparnasse, Paris (France).

2001, Trentenaire du Salon International de la Recherche de Royan, Royan (France).

           Eaux plurielles, Vertou, (France).

2002,  Focales. Coudekerque-Branch, (France).

2004,  La Fenêtre, galerie Simultania, Strasbourg (France).

          Galerie Léon Herschtritt, Galerie Herschtritt, Paris (France).

          Chemin de traverse. Cinq photographes dans l’univers de Jean Giono, Manosque (France).

        Quinzaine photographique de Cholet, Cholet (France).

2007 Nouvelles acquisitions, musée Réattu, Arles

Participe à toutes les expositions du groupe Libre Expression de 1965 à 1971 (Paris, Arles, Buenos Aires …).

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages de photographies

1968, Les murs de mai 1968, Paris, Pensée et Action.

1972, L’Assassinat de Baltard, Paris, Formule 13.

1974, Arts et Métiers Graphiques, n° 90, “ Jean-Claude Gautrand ”.

1977, Forteresses du dérisoire, Paris, Presses de la Connaissance.
          Jean-Claude Gautrand, catalogue monographie, Toulouse, exposition galerie du Château d’eau.

1978, Jean-Claude Gautrand, catalogue monographie, Chalon-sur-Saône, exposition musée Nicéphore Niépce.

1993, Bercy La dernière balade, avec Philippe Gautrand, Paris, Marval.

1997, Mémoire des lieux et des temps, catalogue d’exposition, Paris, Espace photographique.

2003, Bercy Une ballade, catalogue d’exposition, Paris, Bercy Village.

2004, Chemin de traverse, Cinq photographes dans l’univers de Jean Giono, Manosque, Centre Jean Giono.

2005, catalogue d’exposition, Camp de Natzwiller-Struthof, Arles, musée Réattu.

         Numéro spécial, octobre, Images, “ Itinéraire d’un photographe, 1960-2005 ”, Paris.

2007, Le pavillon Baltard, de Paris à Nogent, Editions Idelle.

2011, Paris Portrait of a city, en trois langues, Editions Taschen.

2018, Itinéraire d’un photographe, Editions Bourgenos.

2019, Le Jardin de mon père, Editions Photo-graphie.

Ouvrages sur la photographie et les photographes

1980, Dix photographes pour le Patrimoine, catalogue de l’exposition, Centre Georges Pompidou, Paris, ministère de la Culture et de la Communication.

1983, Kodak Publicité 1910-1939, Paris, Contrejour.

         Image de l’Image, catalogue de l’exposition, Paris, Musée de la Poste.

1985, Paris des photographes, tome I, Paris, Contrejour /Paris Audiovisuel (prix Vasari 1985 et prix du livre 1985, des Rencontres internationales de la photographie, Arles).

1986, Hippolyte Bayard, naissance de la photographie, en collaboration avec Michel Frizot, Amiens, Editions Des Trois cailloux (prix Lecuyer). Prix Lécuyer.

1987, Le temps des pionniers, collection Photopoche, n° 30, Paris, Centre national de la photographie.

1988, Visions du sport, Paris, Admira.

1990, En train, Paris, La Manufacture.

1992, René-Jacques Chroniques d’époque, Paris, Belfond.

          Les Séeberger Aventure de trois photographes, Paris, La Manufacture.

1994, Jean Dieuzaide-Yan L’authenticité d’un regard, Paris, Marval.

1996, Paris des photographes, tome II, Paris, Marval.

1999, Blanquart-Evrard, Douchy-les-Mines, Centre régional de la photographie Nord-Pas-de-Calais.

         Avoir 30 ans Chroniques arlésiennes, Arles, Actes Sud/Rencontres internationales de la photographie.

          Paris mon amour, Paris, Tashen.

2000, Roger Pic Une vie d’histoire, Paris, Marval.

2003, Robert Doisneau, Paris, Tashen.

          Jean-Pierre Sudre, Actes Sud

2004, Brassaï L’universel, Paris, Tashen.

2005, Willy Ronis Instants dérobés, Paris, Tashen.

2019, Dernier témoignage de Jean-Claude Gautrand : Arles, Les rencontres de la photographie, 50 ans d’histoire, « 1970-1976 Le temps des pionniers », Paris La Martinière

AUDIOVISUEL

1992, Visions du sport, réalisation d’une projection de photographies, dans le cadre des soirées des RIP, Arles

1992-1996, Entretiens vidéo avec des photographes : Bernard Plossu, Sabine Weiss (1992) ; Denis Brihat, Willy Ronis (1993) ; Pierre Cordier, Jean-Pierre Sudre (1994) ; Lucien Hervé (1995) ; Pierre Michaud (1996), pour les archives de Paris Audiovisuel conservées à la Maison européenne de la photographie.

1997, coréalise, avec le photographe Roger Pic, le film Rétrovision.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Conférence de presse annuelle Arles. Jeudi 4 juillet 2019

ARLES, JEUDI 4 JUILLET 2019 à 10h, Cour de l’Archevêché, Entrée libre

Quel avenir pour les fonds photographiques ?

Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, Présidente de l’APFP. Introduction sur les fonds photographiques en France suivie des projets du Ministère de la Culture et de quelques autres exemples.

Donatien Rousseau, photographe, secrétaire général adjoint chargé des régions. Point sur la situation de la galerie Le Château d’eau.

Michel Rager, administrateur, pour le Collectif Roger-Viollet. Point sur l’avenir de l’agence « La Parisienne de Photographie » et des fonds Roger-Viollet.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Journée d’études « Les fonds photographiques, faut-il tout garder ? »

Secrétaire adjoint chargé des Régions de l’APFP, Donatien Rousseau organise une journée d’études photographiques : « Les fonds photographiques, faut-il tout garder ? » le 25 novembre 2017 (voir http:/archives.tarn.fr)

Publié dans Agenda | Laisser un commentaire

Courrier n°27, jeudi 26 octobre 2017

Je communique, donc je suis 

 Des avancées :

 – Mise en place d’une délégation à la photographie à la direction générale de la création artistique (DGCA) (voir courrier APFP n° 26 du mardi 2 juillet 2017). Ayant fait l’objet d’un décret, nous pouvons espérer qu’elle soit de plus longue durée que la défunte mission de la photographie créée en 2010.

– La médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (Direction générale des Patrimoines, DGPAT) a annoncé l’acquisition du fonds Michel Delaborde : 45 000 négatifs et diapositives couleur, 3 032 tirages et 6 cartons d’archives) (voir newsletter-map@culture.gouv.fr). D’autres fonds photographiques font l’objet de négociations pour entrer dans des établissements publics.

Des réserves :

 Nomination du(de la) délégué(e) à la photographie (voir fiche de poste 2017-81167 du 22 juin 2017 : Annoncée pour « d’ici à la rentrée » par la ministre de la Culture (voir entretien de la ministre Françoise Nyssen avec Alain Genestar, Polka n° 39, sept.-oct. 2017), le(la) délégué(e) n’est toujours pas nommé(e).

Étude comparée des délégations à la direction générale de la création artistique (DGCA).

Délégations Nombre de personnes Inspection à la création artistique Nombre de personnes Total
Délégation à la musique 14 Collège musique 8 22
Délégation au théâtre 12 Collègue théâtre 8 20
Délégation à la danse 7 Collège danse 7 14
Délégation à la photographie 3 (en cours de recrutement) Pas de collège dédié à la photographie 0 3

Sans commentaire…

– Les donateurs et ayants-droit qui n’ont pas pu assister au comité annuel des donateurs de janvier 2016, sont toujours dans l’attente du compte-rendu (idem pour celui de 2017).

 Des inquiétudes :

– Une salle d’exposition permanente fait toujours cruellement défaut, notamment pour valoriser le patrimoine existant et l’entrée de nouveaux fonds.

 – Dans l’article de Polka, la ministre salue l’action à Arles et à Perpignan, ainsi que la création de l’Institut de la Photographie dans les Hauts-de-France. Françoise Nyssen repousse l’idée d’une politique centralisatrice au profit du développement de structures en régions qui ne sont pas sous la tutelle de son ministère (même si elle les finance partiellement). Le rôle de coordination dévolu au ministère suffit-il à bâtir une politique photographique patrimoniale ?

 C’est parce qu’elle est forte de plus de 300 adhérents que l’APFP peut poursuivre son action en faveur des fonds photographiques et maintenir son rôle d’interlocuteur incontournable auprès de l’État ou tout autre acteur public. Votre soutien est plus que jamais indispensable.

Pour le bureau de l’APFP : Françoise Denoyelle, Véronique Figini.

PS : En collaboration avec les Archives départementales du Tarn, à Albi, le secrétaire-adjoint chargé des régions, à l’APFP, Donatien Rousseau, organise une journée d’études photographiques : « Les fonds photographiques, faut-il tout garder ? » le 25 novembre 2017 (voir http:/archives.tarn.fr)

 

 

Publié dans Courriers aux adhérents | Laisser un commentaire

Courrier n°26, mardi 2 juillet 2017

Après la mission de la photographie (2010), création d’une délégation à la photographie

Depuis notre premier courrier en 2004, huit ministres de la Culture et de la Communication se sont succédé (Jean-Jacques Aillagon, Renaud Donnedieu de Vabres, Christine Albanel, Frédéric Mitterrand, Aurélie Filippetti, Fleur Pellerin, Audrey Azoulay et enfin, Françoise Nyssen) et avec eux, autant de rapports, de journées d’étude, de groupes de travail, de mission photographique, d’interlocuteurs et de responsables.

En ce qui concerne le patrimoine photographique, les annonces des deux dernières ministres n’ont été suivies d’aucun effet, alors qu’elles faisaient montre d’un intérêt soutenu pour ce dernier (voir courrier n°24 du 26 octobre 2016, https://apfpphoto.com).

Lors de l’ouverture des Rencontres d’Arles, la ministre Françoise Nyssen a annoncé la création d’une délégation à la photographie définie comme suit (décret du 22 juin 2017 (JORF n°0153 du 1er juillet 2017 texte n° 14) :

« Art. 6-1.-Le champ de compétence de la délégation à la photographie inclut la photographie dans toutes ses composantes.

« Sans préjudice des missions définies à l’article 2, la délégation à la photographie est chargée de :

«-organiser la coordination des différents services de l’administration centrale compétents et de leurs opérateurs concernés dans le champ de la photographie ;

«-élaborer chaque année la synthèse des actions mises en œuvre par le ministère et ses opérateurs dans le domaine de la photographie ;

«-accompagner les projets de recherche dans le secteur de la photographie en lien avec la sous-direction de l’emploi, de l’enseignement supérieur et de la recherche ;

«-renforcer la visibilité de la photographie auprès du grand public ;

«-favoriser et accompagner la mise en œuvre d’acquisitions et de commandes photographiques au bénéfice des collections publiques. »

Nulle trace d’une quelconque mention de patrimoine photographique. Par ailleurs, la ministre s’est déclarée « très heureuse que Sam Stourdzé (directeur du festival) puisse travailler sur le repérage, la conservation, la diffusion des fonds photographiques en France » sans plus d’autres précisions (http://www.lepoint.fr/culture/francoise-nyssen-de-retour-a-arles-pour-inaugurer-les-48es-rencontres-internationales-de-la-photographie-03-07-2017-2140123_3.php). Est-ce une nième annonce ? La suite dans le prochain courrier.

Pour évoquer cette nouvelle situation, l’APFP tiendra sa conférence de presse annuelle à Arles, dans la cour de l’Archevêché, le jeudi 6 juillet 2017.

C’est parce qu’elle est forte de plus de 300 adhérents que l’APFP peut poursuivre son action en faveur des fonds photographiques et maintenir son rôle d’interlocuteur incontournable auprès de l’État ou tout autre acteur public. Votre soutien est plus que jamais indispensable.

Pour le bureau de l’APFP :

Françoise Denoyelle, Véronique Figini.

Publié dans Courriers aux adhérents | Laisser un commentaire

Courrier 25, samedi 10 décembre 2016

Visite de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAPA), Fort de Saint-Cyr, mardi 12 janvier 2017, 14h30.

Chers adhérents et amis,

L’assemblée générale de l’APFP (lundi 7 novembre 2016 à la Maison des Photographes) a connu un vrai succès. Vous êtes chaque année plus nombreux à répondre présent en assistant à la réunion ou en envoyant une procuration de vote. Un large débat s’est instauré.

Sur proposition de Jean-Claude Lemagny, suite à notre document de référence « Que faire de son fonds[1] ? » et alors que certains de nos adhérents de la première heure ont pris des contacts personnels avec l’institution, les participants ont émis le vœu de découvrir le site Fort de Saint Cyr de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAPA) où sont conservés, entre autres, les fonds de Marcel Bovis, Roger Corbeau, André Kertész, François Kollar, René Jacques, Bruno Réquillart, Willy Ronis etc. Le Directeur de la MAPA, Monsieur Gilles Désiré dit Gosset, y a répondu très favorablement.

Vous êtes donc conviés à visiter les installations du Fort de Saint-Cyr :
Le jeudi 12 janvier 2017 à 14 h 30, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – Fort de Saint-Cyr -, 78 180 Montigny-le-Bretonneux. Téléphone : 01 30 85 68 18.

http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/pages/contacts/infos_pratiques/adressesite.html

Si vous voulez participer à cette visite, merci de nous le faire savoir par courrier postal ou courriel (association.apfp@free.fr), au plus tard le 31 décembre 2016, en stipulant :

  • votre qualité si vous le jugez utile (ami de la photographie, bibliothécaire, conservateur, éditeur, photographe, etc.)
  • si vous vous y rendez par vos propres moyens. La voiture est fortement conseillée, les transports en commun de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines au fort sont inexistants.
  • votre adresse électronique et votre numéro de portable, où nous pourrons vous joindre facilement.

Si vous êtes assez nombreux, nous organiserons un transport collectif à partir de Paris (depuis une porte) et nous vous en ferons part. Les frais seront à la charge de chacun.

Lors de l’Assemblée générale, ont été reconduits à l’unanimité comme membres du conseil d’administration et du bureau : Françoise Denoyelle (présidente), Véronique Figini (trésorière), Jean-Claude Lemagny, Bernard Perrine (secrétaire général), Bruno Réquillart (secrétaire général adjoint chargé des donations de l’ex Patrimoine photographique) et Donatien Rousseau (secrétaire général adjoint chargé des régions). Michel Rager, ayant-droit Jean Roubier et secrétaire général de l’Union des Photographes Professionnels (UPP) (nommé pour la 1ère fois).

Marie-Françoise Sens, la fille de François Kollar, nous a quittés. Son frère Jean-Michel Kollar nous en a appris la triste nouvelle le jour même de l’assemblée générale. Après la donation du fonds de son père (1987) que Françoise Denoyelle avait encouragée et mise en œuvre, elle avait soutenu avec enthousiasme et efficacité les démarches et les combats de l’ADIDAEPP, puis de l’APFP.

Pour le bureau de l’APFP : Françoise Denoyelle, Véronique Figini

[1] Le document est toujours en accès sur le blog de l’APFP.

Publié dans Agenda | Laisser un commentaire

Assemblée générale du lundi 7 novembre 2016 à l’UPP

2016-agapfp12016-agapfp2

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire